BioStor
— 3^41 — ces différentes pièces, loules fort anciennes, sont exactement comparables à la pièce [)resqiie moderne de Picachic. L'ensemble de ces observations, analogues, recueillies un peu partout dans le temps et dans l'espace met ainsi une fois de plus en évidence des similitudes étroites, extrêmement importantes à constater par quiconque s'intéresse à l'étude de l'etlinographie générale '''. Note sun là fàuse de la Cote olyoïnE, PAR M. HoSTAINS, CHEF DE LA MISSION HoSTAINS -d'OlLONK. Au moment où j'ai quitté Paris, vous m'avez prié de vous adresser des spécimens d'animaux particuliers à cette région, et des renseignements sur leurs mœurs et leurs aires d'habitat. Vous teniez particulièrement à pos- séder des spécimens de Chwropsis liberiensis , d'une espèce de petite Anti- lope à robe fauve très clair, striée de bandes transversales régulières, de couleur noire , el à avoir des renseignements qui vous permissent de dresser, pour ainsi dire, une carte fixant les limites des régions respectivement habitées par les nombreuses espèces de Singes qui vivent sous cette latitude. J ai l'honneur de vous communiquer tous les lenseignements que j'ai |)U rac procurer sur les sujets qui m'ont paru de nature à vous intéresser , el de \ous adresser l'ia Béréby, par l'intermédiaire de l'administration du cercle de ce nom, un colis contenant diverses peaux. En premier lieu , j'ai le i-egret de vous annoncer que je n'ai pas encore pu voir de C/iœropsIs ni m'en procurer un squelette ou de la peau, .l'ai vu cependant de nombreuses têtes de cet animal dans les villages; mais aucune n"('lait entière ou même en assez bon étal pour ([u il lut utile de vous l'en- voyer. Mais je peux vous donner des renseignements a.ssez complets siu- cet animal, que j'ai beaucoup chassé, bien que sans succès. On le trouve partout dans la foret, sauf dans les endroits fréquentés par l'Homme. Ses traces se rencctntrent aussi bien dans les terrains élevés et loin des cours d'eau que dans les parties marécageuses : il n'aime j)as les grandes rivières: le plus souvent, il vit à proximité des ruisseaux Ir.'s abondants dans ce pays; quand la chaleur le surprend loin de l'eau, il cherche une place '■ Il n'est pas iniitili' diiisishM-Ho nouveau , api («s M. J. de Baye, sur ce que renferme d'inoxact, au point de vue spécial où nous nous piarons ici, la thèse sou- tenue par ^^ orsaae dans ses Antiquités primitives du Danemark. Le savant Danois ii'assurait-il pas que les flèches uéolilhifpics étaient insuflisanles contre les grosses l'spnces (le Mammifères? Ou'aurait-il l'épondu, si on lui avait montré l'honime de l'icacliic tué net par une petite llèdie de calcédoine qui parvient à lui traverser le

Identifiers

Export

Note sur la Faune de la Côte d'Ivoire

Hostains
Bulletin du Muséum national d'histoire naturelle 5(7): 341-343 (1899)

Reference added about 16 days ago

Tweet 

Viewer

Page 341
Page 342
Page 343
Title
áàåäçéèÉöøüæœß
Authors
One author per line, "First name Last name" or "Last name, First name"
Journal
ISSN
OCLC
Series
Volume
Issue
Starting page
Ending page
Date
Year
URL
DOI
 Update 
blog comments powered by Disqus
Page loaded in 0.56716 seconds