BioStor
— 187 — liois lianes, leur étude présente un intérêt au moins aussi grand au point de vue de la distribution géographique des plantes de cet ordre. D'après les documents du Muséum, en effet, on ne connaît dans la ré- gion du Sénégal et du Soudan que ces trois espèces pouvant être ra[)por- técs au genre Landolphia. Et, toutes trois, elles ne se trouvent que là, ne s'avançaut pas plus au Sud, où elles so:jt remplacées par des espèces voi- sines; le L. Heudelotii par le L. owariensk , le L. senegaJemis par le L. Jln- rida, ÏAnci/loboIrijs amœna , par d'autres espèces telles que Tyl. mnmmosa elVA. pyrij'onnis Pievve. Par contre, elles semblent s'étendre dans l'Est, puisque M. Dybowski a trouvé dans le Haut Oubanghi, vers la ligne de partage des eaux descendant vers le lac Tchad, ï Ancijhbotrijs amœna, et M. Schweinfurth , chez les Djour, le Landolphia Heudelotii. La région soudanaise, dans toute son extension, depuis la côte du Séné- gal jusqu'à la vallée du Nil, aurait donc certains caractères de végétation qui lui sont propres et qui sont tout différents de ceiu de la côle de Guinée. La Gutta-Peucha recueillie a la Gbasde Comore, PAR M. MiLNE Edwards. J'ai déjà entretenu les naturalistes du Muséum des essais faits à la Grande (lomore, par M. Humblot, pour y introduire les ai'bres à Gutta '''. -M. Guignard, membre de l'Institut et professeur à l'Ecole supérieure de |)harmacie , a examiné les feuilles de ces arbres et a constaté qu'elles pro- venaient bien de la vraie Isonandra. Depuis cette époque, M. Humblot m'a fait parvenir deux paquets de feuilles recueillies les unes au mois de décembre, les autres au mois de juillet. Mon collègue, Al. le professeur Jungfleisch, a bien voulu les étudier au point de vue chimique, et il m'a envoyé à ce sujet la lettre suivante : "Vous m'avez fait remettre deux échantillons de feuilles récoltées en juillet et en décembre 1898 sur des plantes à gutta-percha cultivées par M. Humblot à la Grande Comore. rf Lorsque j'ai eu l'honneur de voir M. Humblot, il se préoccupait de savoir s'il possédait bien Ylsonandra gutta et non l'une des espèces voi- sines, souvent difficiles à distinguer, qui fournissent des produits de qua- lités fort inférieures. Les feuilfes que vous m'avez remises présentent bien les caractères de celles de Ylsonandra gutta; leurs laticifères sont remplis de gutta-percha. En les traitant par la méthode que j'ai indiquée il y a quelques années, on en extrait de la gutta-pejxha de la meilleure quahlé, '1' Bulletin du Muséum, t. III, p. 172; t. IV, p. ifn.

Identifiers

Export

La Gutta-Percha recueillie à la Grande Comore

Milne Edwards
Bulletin du Muséum national d'histoire naturelle 5(4): 187-189 (1899)

Reference added about 16 days ago

Tweet 

Viewer

Page 187
Page 188
Page 189
Title
áàåäçéèÉöøüæœß
Authors
One author per line, "First name Last name" or "Last name, First name"
Journal
ISSN
OCLC
Series
Volume
Issue
Starting page
Ending page
Date
Year
URL
DOI
 Update 
blog comments powered by Disqus
Page loaded in 0.60339 seconds