BioStor
— 136 — Voici ce ([uej'ai Iroiivc-: Eau 5 3,9 p. 100 Résines solublos dans Talio il 5^,5 Matières solublns souIi'iiimiI d iis le sulfure do ca;l)ono.. . 13,9 Substances insolubles 9, G (lendros 0,8 Les résines sont ponr la plus grande part cristallisablcs ; la matière so- lujjle dans le sulfure de carbone est au contraire amorphe; elle ressemble extraordinairemeul à du caoutchouc ptu'ilié, et, chose vraiment curieuse, elle est, une fois séparée des résines, aussi ini'usible que celles-ci dans l'eau chaude. C'est donc seulement le mélange qui jouit d<>s (jualités plasticpies particulières à la gulta-percha. (î'esl là une observation assez curieuse sur laquelle je tenais à insister', en faisant connaître l'origine et les principaux caractères du (iliilb'. Phktesdi I-ru II-: du i'ikhiîes av lli ssii:. PAR M. Stamslas Meumer. Pendant un voyage de Saint-Péteisbourg à !\ijny-Nov{;orod, je fus informé (pie, d'après des récits six fois séculaires, le |)ays (pie je travei-sais avait ('té le théâtre dune pluie de pifM-res absolument (,'xceptionnelle. Le 26 juin 1990. les habitants d'Oustiougue-le-Grand, dans le Gouvernement de WOlogda, virent le ciel s'obscurcir jusqu'à produire la nuit en plein midi : d(>s détonations formidables et des lueurs fulgurantes incessantes (lonnèi-ent aux ti'inoins rid('e de la (in ])rochaine du monde. Dans ce moment siq)n'nie. d'après le n^cit que toutes les mt-moires ont retenu dans la irgioii, on eut recours à lintercession de Prokopi, et celui-ci ])ria la Providence avec une telle ferveur qu'un miracle se produisit : la nuée mena(;anle, inodi/iant son premier itinéraire, se détourna de la ville et alla crèvera vingt-cinq kilomètres de distance dans un point où est maintenant le petit village de CatovaL'^et qui était alors parfaitement désert. Quand, revenus de leurs terreurs très légitimes, les habitants visitèrent la localité ('prouv(îe, ils trouvèrent la forêt absolument saccagée, les arbres brisés et le sol couvert d'innombrables blocs de roches arrondis et souvent noirâtres. Aussi nul n'hésila-t-ilà croire que ces pierres ne fussent tombées des nuées et qu'(>lles n Cussent été primitivement destinées à écraser Oustiougue et tous ses habitants : le souvenir reconnaissant pour l'inter- '") Je dois de très vifs remerciements à notre savant bibliothécaire M. Deniker, , qui a bien voulu me doimer la traduction de plusieurs textes russes (jui m'ont été fort utiles.

Identifiers

Export

Prétendue pluie de Pierres en Russie

Stanislas Meunier
Bulletin du Muséum national d'histoire naturelle 5(3): 136-138 (1899)

Reference added about 16 days ago

Tweet 

Viewer

Page 136
Page 137
Page 138
Title
áàåäçéèÉöøüæœß
Authors
One author per line, "First name Last name" or "Last name, First name"
Journal
ISSN
OCLC
Series
Volume
Issue
Starting page
Ending page
Date
Year
URL
DOI
 Update 
blog comments powered by Disqus
Page loaded in 0.6492 seconds